#déchéancezmoi

Le soir du 13 novembre 2015, alors que l’on commençait à compter les tués et les blessés de ces attentats sans précédents en France, le chef de l’état apparaissait à l’écran, visiblement très ému, et après seulement quelques secondes qualifiait ces événements, « c’est une horreur ». À ce moment là, l’émotion a très visiblement gagné le sommet de l’état, la dernière place où elle devait se trouver, et le peu de démocratie qui caractérise les institutions autocratiques de la 5ème république s’est réduit encore un peu plus.

Lire la suite